ae.demartini's picture

Profil

Prénom
Anne-Emmanuelle
Nom
DEMARTINI
Statut
titulaire
Fonction universitaire
Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, habilitée à diriger les recherches (Université Paris 7 – Paris Diderot, UFR GHSS) demartini [at] univ-paris-diderot [dot] fr
Parcours
Ancienne élève de l’École normale supérieure d’Ulm, agrégée d’histoire, docteure en histoire de l'université de Paris1, j’ai consacré ma thèse au criminel Pierre-François Lacenaire (1803-1836) en centrant l'étude sur le processus de construction d'un monstre social et en utilisant l'affaire judiciaire comme un point d'entrée dans l'imaginaire social de la monarchie de Juillet (publication : L’Affaire Lacenaire, Paris, Aubier, 2001, 430 p.). Mon mémoire inédit d'HDR mobilise des catégories d'analyse plurielles (genre, âge, classe) pour rendre compte du parricide de Violette Nozière (1933), replacé dans l'histoire des violences sexuelles et de l'inceste, ainsi que dans l'histoire des pères. (Violette Nozière. Crime et imaginaire social dans la France des années trente). Je suis membre du comité de rédaction de la Revue historique.
Thématiques de recherche
Histoire des représentations, histoire de l’imaginaire social ; Histoire des sensibilités XIXe-XXe siècles, histoire de l'émotion ; Histoire des affaires criminelles, du crime et de ses représentations ; figures de femmes criminelles ; Rapport des sociétés à l’exception (la figure du monstre) ; Identités régionales.

Publications

- Ouvrages

-Emotions contemporaines XIXe-XXIe siècles, codir. avec Anne-Claude Ambroise-Rendu, Hélène Eck, Nicole Edelman, Paris, A. Colin, « Recherches », 2014, 351 p.
Monstre et imaginaire social, dir. et introduction en collaboration avec Anna Caiozzo, Paris, Créaphis, 2008, 358 p.
-Le dossier Bertrand. Jeux d’histoire, avec Philippe Artières, Dominique Kalifa, Stéphane Michonneau, Sylvain Venayre, Paris, Manuella, 2008, 129 p.
 -Éternelles coupables. Les femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours, dirigé par Myriam Tsikounas, avec Frédéric Chauvaud, Annie Duprat, Claude Gauvard, Pauline Schmitt-Pantel, Bertrand Tillier, Paris, Autrement, 2008, 207 p.
-Imaginaire et sensibilités. Études pour Alain Corbin, direction et introduction en collaboration avec Dominique Kalifa, Paris, Créaphis, 2005, 277 p.
-L'Affaire Lacenaire, Paris, Aubier, « Collection historique », 2001, 430 p.
 
- Articles et contributions à des actes de colloque et ouvrages collectifs 

– « L’histoire contemporaine à l’épreuve des émotions », avec Anne-Claude Ambroise-Rendu, Hélène Eck, Nicole Edelman, dans Anne-Claude Ambroise-Rendu, Anne-Emmanuelle Demartini, Hélène Eck, Nicole Edelman, dir.,  Emotions contemporaines XIX-XXIe siècles, Paris, Armand Colin, « Recherches », pp. 9-22.
– « L’affaire Violette Nozière : crime privé ou affaire publique ? », Justice et espaces publics en Occident, du Moyen Age à nos jours. Pouvoirs, publicité et citoyenneté, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2014, pp. 261-272.
 – « Bras rouges, bruit sourd, brouhaha de la foule.  L’expérience sensorielle de l’exécution capitale dans la ville du XIXe siècle », Robert Beck, Ulrike Krampl et Emmanuelle Retaillaud-Bajac, dir., Les Cinq sens de la ville du Moyen Age à nos jours, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2013, pp. 155-167.
– « Portraits d’un décapité. Crime, science et vérité dans l’affaire Lacenaire (1835-1836) », Sylviane Coyault et Jacques Message, dir., Fictions et vérités assassines, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2013, pp 307-319.
– «  Pierre-François Lacenaire, de la vie à la scène », L’Avant Scène cinéma, 596, « Les Enfants du paradis », octobre 2012, pp. 29-33
-« ‘Celle dont on ne voit pas les yeux’. Portraits de Violette Nozière », Myriam Tsikounas et André Rauch dir., L'historien, le juge et l'assassin, Paris, Publication de la Sorbonne, 2012, pp. 185-196.
- « Le pouvoir de la représentation. Esthétique pittoresque et construction de la nation dans les tableaux de mœurs au XIXe siècle », David Evans and Kate Griffiths ed. Institutions and power in Nineteenth-Century Franche Litterature and Culture, Amsterdam-New-York, Rodopi, 2011, pp. 137-148. 
 -« L’affaire Nozière entre instruction judiciaire et médiatisation », Le Temps des médias, 15, automne 2010, pp. 126-141.
-« La figure de l’empoisonneuse de Marie Lafarge à Violette Nozière », Loïc Cadiet, Frédéric Chauvaud, Claude Gauvard, Pauline Schmitt Pantel, Myriam Tsikounas dir., Figures de femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, pp. 27-39.
-article « Goût(s) », Christian Delporte, Jean-Yves Mollier, Jean-François Sirinelli dir., Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, PUF, 2010, pp. 364-368 .
-« La parole sur l’inceste et sa réception sociale dans la France des années trente. L’affaire Nozière », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 56-4, oct.-déc. 2009, pp. 190-214.
-« Les jouissances de l'exhibitionnisme criminel en France au temps du romantisme », dans David Evans and Kate Griffith (dir.), Pleasure and Pain in XIXth century French Litterature and Culture, Amsterdam & New York, Rodopi, 2008, 286 p., p. 90-98.
-« Violette Nozières ou le fait divers médiatique au miroir surréaliste » (avec Agnès Fontvieille), dans Emmanuelle André, Martine Boyer-Weinmann, Hélène Kuntz (dir.), Tout contre le réel. Miroir du fait divers, Paris, Le Manuscrit, 2008, p. 105-130.
-« Le crime, le monstre et l’imaginaire social : l’affaire Lacenaire », dans Anna Caiozzo et Anne-Emmanuelle Demartini (dir.), Monstre et imaginaire social, Paris, Créaphis, 2008, 358 p., p. 307-319.
-« De l’invisible au visible : regards du XIXe siècle sur l’enquête judiciaire relative à l’affaire Lacenaire », dans Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa, Jean-Noël Luc (dir.), Les enquêtes judiciaires en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 2007, p. 207-217.
-« Le retour au genre biographique en histoire : quels renouvellements historiographiques ? », dans Anne-Marie Montluçon et Agathe Salha (dir.), Fictions biographiques. XIXe-XXIe siècles, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2007, p. 77-89.
-« Le type et le niveau. Ecriture pittoresque et construction de la nation dans la série provinciale des Français peints par eux-mêmes », dans Anne-Emmanuelle Demartini et Dominique Kalifa (dir.), Imaginaire et sensibilités. Études pour Alain Corbin, Paris, Créaphis, 2005, p. 85-97.
-« Portrait d'un criminel en monstre moral sous la monarchie de Juillet : discours sur Pierre-François Lacenaire », dans Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), Le monstre humain. Imaginaire et société, Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, 2005, p. 69-86.
-« Rousseau criminel malgré lui. L'affaire Lacenaire, ou le procès de Rousseau sous la monarchie de Juillet », Études Jean-Jacques Rousseau, 14-15, 2003-2004, p. 240-259.
-« L'exécution capitale au XIXe siècle entre scandale et édification », dans Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), L'exécution capitale. Une mort donnée en spectacle, XVIe-XXe siècle, Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, 2003, 282 p., p. 151-166.
-« L'infamie comme œuvre. L'autobiographie du criminel Pierre-François Lacenaire », Sociétés & Représentations, 13,  « Histoire et archives de soi », avril 2002, pp. 121-136.

- « Un destin bourgeois : Adolphe Landry et sa famille », Ethnologie Française, XX, 1, «Cultures bourgeoises », janv.-mars 1990, pp. 12-26.